Goto main content

Sri Lanka
L’archevêque de Colombo « appelle au calme »

Nouvelles 2019-04-24
Sri_lanka.jpg

« Je lance un appel aux catholiques afin qu’ils suivent l’exemple de Jésus-Christ, qui sur la Croix a pardonné ceux qui l’avaient crucifié ».

C’est ce qu’a déclaré le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, capitale sri-lankaise, touchée par plusieurs attentats le jour de Pâques qui ont fait plus de 350 morts et plus de 500 blessés. Le cardinal a expliqué dans une interview à Vatican News en italien du 22 avril 2019 qu’il avait « fait un appel au calme à toutes les communautés » et avait demandé « à ne pas se faire justice soi-même ».

«Tout de suite après avoir appris la nouvelle de l’attentat, je suis allé visiter l’église à Colombo où environ 50 personnes sont mortes, a raconté l’archevêque. C’est arrivé durant la messe du dimanche de Pâques : il y avait une foule assez consistante dans l’église et un kamikaze est entré dans l’église et s’est fait exploser en causant des morts, des blessés et de graves dommages. »

Dimanche, a expliqué le cardinal, « les hôpitaux manquaient de médecins et j’ai donc lancé un appel aux médecins à se présenter pour aider les patients de façon à ce qu’aucune vie ne soit perdue. Les médecins sont alors revenus et aussi beaucoup de volontaires se sont présentés ».

Lundi, le cardinal est allé « visiter les hôpitaux » : « Malheureusement certaines familles ont tout perdu : le papa, la maman, les enfants… tous morts dans le même attentat. Ces choses sont vraiment très tristes. On ne sait pas quoi dire à ces gens parce qu’ils étaient allés prier, ils étaient allés chez le Seigneur. »

En parlant de la situation actuelle dans le pays, le cardinal Ranjith a dit : « Il y a beaucoup de peur et aussi un peu d’insécurité parce qu’on n’a pas de nouvelles sûres : ils disent qu’il existe des cellules de ces petits groupes qui veulent tuer. Nous avons fait un appel au gouvernement et aux agences de sécurité afin qu’ils enquêtent bien pour trouver les responsables et pour faire en sorte que cette situation ne se répète pas. » Il a souligné aussi qu’il fallait « enquêter de la manière correcte » : « En apparence, cela peut sembler un groupe particulier, mais il se peut qu’il y ait d’autres tendances derrière ces attentats. »

« Cet attentat est un peu étrange, a poursuivi le cardinal : il y a des tensions entre la communauté musulmane et la communauté majoritaire, mais je ne pensais pas que la situation était dramatique au point d’avoir ce type d’attentat. On voit que derrière tout cela il y des tendances internationales. »

Le cardinal a aussi expliqué que le pays ne connaissait pas les situations pareilles depuis très longtemps : « Nous avons été surpris, a-t-il dit, parce que depuis 10 ans aucun incident n’avait eu lieu. La situation était dans l’ensemble assez pacifique et les touristes étaient en train de faire leur retour dans le pays. L’économie était en train de repartir et nous avions beaucoup d’espérances. »

En ce qui concerne l’aide internationale, le cardinal Ranjith a souligné que « la meilleure aide que la communauté internationale peut donner est de comprendre la situation, d’assister le gouvernement local et les chefs religieux locaux à trouver la solution sans mettre le doigt à l’intérieur des politiques internes du pays ».

Source: Zenit.org

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2018 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.