Goto main content

Changement important dans la prière du « Notre Père »

Nouvelles 2018-11-20
Prier.jpg

Dès le 2 décembre prochain, la traditionnelle prière du « Notre Père » ne sera plus récitée de la même manière. Une nouvelle version, approuvée par les évêques catholiques du Canada, sera en vigueur afin d’éviter la confusion autour du combat spirituel en lien avec le Mal.

Plutôt que de dire « Ne nous soumets pas à la tentation » il sera convenu de dire  « ne nous laisse pas entrer en tentation ».
 
La nouvelle traduction de la sixième demande du Notre Père a été confirmée par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements le 12 juin 2013.  Or, pour rendre effective cette nouvelle formulation, il avait été décidé d’attendre la nouvelle traduction du Missel romain dont la parution était prévue pour 2018 et dans lequel se trouve insérée la nouvelle formulation. Puisque le Missel ne sera pas terminé avant la fin de 2019, quelques épiscopats d’expression française ont pris l’initiative d’introduire cette nouvelle formulation depuis 2017.
 

Pour mieux comprendre cette nouvelle formulation

La formulation actuelle, qui est utilisée depuis 1966, n’est pas fausse en soi. Toutefois, elle est mal comprise par plusieurs. Puisqu’il n’est pas nécessaire de connaître le sens sémitique pour prier la prière de Jésus, il a été décidé d’améliorer et d’ajuster notre compréhension de son sens profond.

Ce qui laissait sous-entendre, pour certains, que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation, est remis dans une compréhension plus juste de la manière dont Jésus lui-même a combattu le Mal. La nouvelle traduction « Ne nous laisse pas entrer en tentation », enlève l’idée que Dieu lui-même puisse nous soumettre à la tentation.

En utilisant le verbe « entrer », la prière fait référence à Jésus au jardin de Gethsémani : « Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation » (Mt 26, 41).  Ainsi, l’idée reprise du terme grec est celui d’un mouvement, comme on va au combat : un combat spirituel. 

On se rappelle notre Seigneur Jésus dans son affrontement déterminant avec le prince de ce monde où lui-même il s’est tourné vers son Père en gémissant : « Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi » (Mt 26,39).

Puisque nous ne sommes pas au-dessus de Jésus, notre maître et Seigneur, il est d’autant plus juste de s’unir à l’orientation profonde de sa prière dans nos moments de combat spirituel.

Nous demandons donc au Père, unis à Jésus, de nous aider en nous fortifiant pour que nous n’entrions pas dans les tentations de ce monde qui nous couperaient de notre union à Lui et de l’accomplissement de sa volonté dans notre vie.

Informations tirées des notes explicatives fournies par la CECC et de l’Office national de liturgie.

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2018 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.