Goto main content

Semaine québécoise des familles
La chance d'avoir de grands enfants

Nouvelles 2020-05-12
Texte1.jpg

Dans le cadre de la Semaine québécoise des familles qui se déroule du 10 au 17 mai 2020, l’archidiocèse de Sherbrooke s’intéresse à la réalité de toutes les familles.

Pour l’occasion, nous avons demandé à quatre familles de nous raconter ce que leur inspire la thématique de cette année « Concilier famille et travail : ensemble, c’est possible! ». En période de confinement, cette réalité prend une toute autre allure!

Du mardi 12 mai au vendredi 15 mai, vous pourrez lire leur histoire.

« Wow! Comme je suis chanceuse! Mes enfants ont 13, 16 et 19 ans! Que je suis chanceuse! » C’est ce que j’ai pensé quand l’annonce du début de confinement est tombée le 13 mars dernier. Cela s’est amplifié quand le Premier ministre, François Legault, a ajouté la demande aux employeurs qui le peuvent de faire faire du télétravail à leurs employés. Mon Dieu!

Je pensais aux années où les miens avaient tous moins de 10 ans! Cela aurait été tellement impossible! Toute mon admiration va aux parents qui, comme moi, ont eu la chance de conserver leur emploi, mais qui ont dû composer avec la gestion familiale en parallèle. C’est certain que d’avoir mon ordinateur ouvert sur la table de la cuisine est un signal clair à mes jeunes que je suis en train de travailler et ils sont assez vieux pour bien comprendre ce que cela signifie par rapport à ma disponibilité pour eux pendant ces heures.

Alors, cet aspect du confinement n’a pas été un problème. Par contre, comme bien des jeunes, les miens ont vécu difficilement la proximité continuelle pendant huit semaines. Les conflits, qui ont augmenté, et la gestion de manque de patience des uns et des autres, ont été sources d’un sentiment d’impuissance dans une situation difficile.

Au surplus, ma présence continuelle à la maison a favorisé les confidences de mes enfants. C’est un plus…mais c’est aussi une source d’inquiétudes supplémentaires! Tout est tellement plus compliqué quand on a besoin d’aide pour le soutien psychologique de jeunes en confinement. Ou encore, quand on se fait parler de malaises physiques tous les jours, juste parce qu’on a le temps d’écouter!

Et, oui, par moment, je manque de patience moi aussi! La santé mentale de tous est affectée. C’est ce qui est difficile, d’essayer d’être une mère compréhensive en retour au soutien que mes enfants m’offrent quand je télé-travaille et de ne pas toujours y arriver.

L’espérance me garde un peu saine d’esprit! Du moins, j’aime le croire!

Lyne, mère monoparentale de trois jeunes Estriens

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2020 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.