Goto main content

Semaine québécoise des familles
"Depuis le début du confinement, on est plus libre !"

Nouvelles 2020-05-15
Anne-S_et_enfants.jpg

Dans le cadre de la Semaine québécoise des familles qui se déroule du 10 au 17 mai 2020, l’archidiocèse de Sherbrooke s’intéresse à la réalité de toutes les familles.

Pour l’occasion, nous avons demandé à quatre familles de nous raconter ce que leur inspire la thématique de cette année « Concilier famille et travail : ensemble, c’est possible! ». En période de confinement, cette réalité prend une toute autre allure!

Du mardi 12 mai au vendredi 15 mai, vous pourrez lire leur histoire.

« Depuis le début du confinement, on est plus libre ! ». C’est la réponse de ma fille Clémence (6 ans) lorsque je lui ai demandé ce qu’elle préfère de cette période toute particulière.

En effet, les enfants ne vont pas à l’école, avec toutes les contraintes et les obligations que cela implique. Mon fils Félix-Antoine (8 ans) s’offre le privilège de faire l’école à la maison en pyjama ! « Je me sens tellement confortable, je me concentre mieux ».

Au début du confinement, j’avais prévu une charte du confinement, un horaire pour chaque jour en quelque sorte. Je me suis rapidement rendu compte que j’étais plus accrochée à la gestion du temps qu’aux besoins de mes enfants ! J’ai donc décidé de garder les grandes lignes : le matin est réservé à l’école à la maison et le reste de la journée on s’amuse !

Je me laisse guider par leurs idées : ces temps-ci, nous fabriquons des masques et des marionnettes qui nous permettent d’inventer des histoires à n’en plus finir. Et je m’émerveille de les voir jouer, s’exprimer, utiliser leur temps à leur façon. Je leur apprends à tricoter, à faire des tawashis (éponges lavables tissées en vieux T-shirts). On fait des pâtisseries.

Nous prenons aussi des temps de cœur à cœur quand on en a envie. Et les temps de prière émergent comme du pop-corn, à n’importe quel moment de la journée, en toute simplicité : lorsque Félix-Antoine a égaré son petit chat en peluche, il demande : « Saint Antoine, aide-moi à le retrouver s’il te plait! »; Clémence s’exclame : « Merci Jésus pour la belle journée, pour le beau soleil ! ». Les enfants confient leur nuit à la vierge Marie avant de s’endormir.

Cette période de liberté est tellement florissante pour notre famille que nous la prolongeons. Comme je suis mise à pied à cause de la pandémie, les enfants ne retourneront pas à l’école avant fin août et nous allons continuer à profiter de cette liberté en trio familial !

Anne-Séverine, une maman qui vit la garde partagée de ses deux enfants

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2020 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.