Goto main content

Mois de l'histoire des Noirs
Contribution d'ici et d'ailleurs

Nouvelles 2021-03-02
Noire.jpg

Par Véronique Ngo Ngan et Jean-Marc Grégoire

Pastorale interculturelle

Saviez-vous que le mois de février est le Mois de l’histoire des Noirs? Le mois de février vient de se terminer, mais nous nous rendons compte combien cet événement, peu banal, qui est souligné pendant un mois, est méconnu, même dans la communauté noire d’ici.

La célébration de l’histoire des Noirs est née 50 ans après la promulgation de l’abolition de l’esclavage, en 1876, aux États-Unis. En fait, l’historien afro-américain Carter G. Woodson et le pasteur Jesse E. Moorland fondent, en 1926, une association dédiée à la recherche sur l’histoire des Afro-Américains. La deuxième semaine de février sera alors choisie pour célébrer l’apport très important des afro-américains dans toutes les sphères de la société américaine. La première célébration du Mois de l’histoire des Noirs aura lieu en février 1970, sous l’impulsion de la Black United Students de l’université de Kent. Finalement, en 1976, le Mois de l’histoire des Noirs est officiellement reconnu par le gouvernement américain. Le président Gerald Ford invite alors les Américains à « saisir l’opportunité d’honorer les réussites trop souvent ignorée des noirs américains » dans l’histoire des États-Unis.

Par la suite, quelques pays ont décidé de célébrer aussi le Mois de l’histoire des Noirs. Le Royaume-Uni le fait, pour la première fois, en 1987.  Au Canada, c’est à Toronto qu’eu lieu la première proclamation officielle du Mois de l’histoire des Noirs, en 1979. Finalement, grâce à une motion de la députée noire Jean Augustine, le Mois de l’histoire des Noirs est reconnu dans tout le pays, depuis 1995.

Ce n’est que tout récemment, soit en 2020, que sept pays d’Afrique ont également décidé de célébrer le Mois de l’histoire des Noirs. Par contre il a été suggéré que, à partir de cette année, on célèbre ce mois sous le vocable de « Mois de l’Histoire de l’Afrique et de la Diaspora ».

Contribution sherbrookoise

La contribution de la communauté noire devient aussi très importante dans le diocèse de Sherbrooke. Plusieurs prêtres, déjà, sont de descendance noire.  Beaucoup de personnes de la communauté noire sont très impliquées soit dans l’église soit au sein de la société civile.

L’abbé Nobila Clément Banaba est originaire du Burkina faso. Il est administrateur paroissial dans la région de Compton et Coaticook : « D’une manière générale, le « Mois de l’histoire des Noirs » est signe de progrès, un pas dans l’acceptation des différences de personnes, de cultures et de valeurs. Aussi elle est une invitation à s’ouvrir généreusement aux besoins fondamentaux des autres… Pour nous, Église de Sherbrooke, qui a reçu l’enseignement du Christ sur la manière de vivre qui plait à Dieu, le « Mois de l’histoire des Noirs » est une exhortation à ne jamais fermer nos portes pour, à la fois, accueillir et partager nos richesses et nos témoignages.

Car, dit-on, nul n’est si pauvre qu’il ne peut rien donner et nul n’est si riche qu’il ne peut rien recevoir! C’est dans cette dynamique que l’archidiocèse de Sherbrooke… accueille des personnes et des missionnaires issus de la communauté noire faisant de notre Église, une Église à l’image de la Jérusalem céleste. »

Monsieur Méthode Muhanuka, originaire du Burundi, est arrivé à Sherbrooke en 2001 avec son épouse et ses trois enfants. Méthode est très impliqué à l’Église du Précieux Sang. Avec le soutien de feu l’abbé Daniel Croteau, il a initié l’organisme SAFRIE dont la mission est d’être un « Soutien Aux Familles Réfugiées et Immigrantes de l’Estrie ».

Selon Méthode Muhanuka, « le mois de l’histoire des Noirs nous rappelle l’apport des personnes noires à la société. C’est surtout une occasion de valoriser la diversité, l’égalité des chances et les mêmes droits pour tous. Il convient aussi de reconnaître que les personnes noires sont encore victimes de discrimination. Cela nous interpelle tous à une certaine vigilance et à prendre conscience que nous sommes tous concernés par la lutte contre toute forme de ségrégation. »

À chacun-e de nous, maintenant, de reconnaître et de célébrer l’immense contribution de nos frères et sœurs noires à la société d’accueil que nous voulons bien être.

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2021 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.