Goto main content

Que faire pour sauver le mariage ?

Nouvelles 2016-11-03
Sauver-le-mariage-web-.jpg

Aleteia

ALEX ET MAUD LAURIOT PRÉVOST
27 OCTOBRE 2016

Le mariage : "La plus belle chose que Dieu ait créée" selon le Pape.

Voici quelques jours, lors de son voyage en Géorgie, le Pape a expliqué combien il était indispensable de « tout faire pour sauver le mariage, la plus belle chose que Dieu ait créée ». Il a identifié et dénoncé tout à la fois une « guerre mondiale » menée à dessein par certains pour « détruire le mariage ». Selon lui, cette guerre ne se fait pas avec des armes mais « avec des idées », évoquant l’actuelle « colonisation idéologique », notamment par la théorie du genre, développée dans nos écoles et de nombreux médias. En raison de tant de souffrances des époux et de leurs enfants suite à un divorce, le Pape demande que nous fassions tout notre possible pour contribuer concrètement à « sauver les mariages » : ce qui veut dire les conduire à guérir de tant de blessures, de fragilités, de conceptions erronées ou de tant de biais qui minent le couple et la famille durables.

« L’homme et la femme ne font qu’une seule chair… »
Cet appel du Pape à « sauver le mariage » rejoint, et pour ainsi dire, résume le fil-rouge missionnaire qui
l’a animé tout au long de son exhortation, La Joie de l’Amour, parue ce printemps et écrite à la suite des
deux synodes sur la famille de 2014 et 2015. Il y souligne notamment que le « kérygme », l’annonce que
Jésus nous sauve, est « le plus beau, le plus grand, le plus attirant et le plus important de l’activité
évangélisatrice. Il n’y a rien de plus solide, de plus profond, de plus sûr, de plus consistant que cette
annonce » [2]. Ce propos ne souffre aucune ambiguïté et fait écho à ce qu’il répète constamment depuis
son élection : la priorité de l’Église aujourd’hui est de devenir « un hôpital de campagne après une
bataille, qui avant tout soigne les blessures et réchauffe le coeur », qui ne se perdre plus dans des détails, mais qui s’attache au « plus important qu’est la première annonce : “Jésus Christ t’a sauvé »!

Se centrer sur l’expérience du « Salut »
Par conséquence, dans la vie pastorale de l’Église ou dans nos diverses rencontres au fil de la vie, il est
devenu essentiel – estime le Pape – d’avoir, en ce qui concerne la vie conjugale, une approche centrée sur l’expérience du « Salut », qui permet de faire voir et de faire goûter combien le Christ peut lui-même
sauver l’amour, le mariage et la famille, et en cela, redonner beaucoup d’espérance. Ainsi, François
souligne qu’il est désormais prioritaire de faire découvrir aux jeunes et aux époux : – Combien la miséricorde et la compassion divine rejoignent chaque couple sur son chemin, pour faire vivre aux époux que Dieu, « par sa grâce, guérit et transforme le coeur », sauve et rachète couples et familles,
en les « restaurant » !
– Combien le sacrement de mariage « n’est pas une convention sociale, un rite vide, ni le simple signe
extérieur d’un engagement », mais bien davantage un « don pour le salut des époux », un « don de force, un don pour se relever après une chute, se pardonner, se porter l’un l’autre » ;
– Combien la sexualité conjugale est avant tout pour l’Église un « don merveilleux », et non pas « un mal
permis » ou « une tolérance », une occasion d’interdit ou empreinte de culpabilité ! La sexualité des
époux est un don irremplaçable pour qu’ils s’unissent toujours davantage par amour jusque dans leur
« union des corps », non seulement pour le partage de la joie et de la communion, mais plus encore car elle est « l’instrument de l’action divine qui fait d’eux une “seule chair” », vocation que Dieu lui-même leur assigne (et que Jésus confirme en Mt 19 par exemple !);

– Combien chaque couple est invité par ses choix et sa vie à écrire, de par la grâce de Dieu, « sa propre
histoire de Salut », en « surmontant les obstacles », en se pardonnant les blessures quotidiennes, en
travaillant à guérir « les veilles blessures » liées à sa propre histoire personnelle et familiale, en suivant
un « processus de libération » !

– Combien une révision en profondeur de la préparation au mariage est nécessaire pour prioriser, non
plus une morale ou un catéchisme, mais avant tout « ce qui remplit et satisfait l’âme », c’est-à-dire l’
« annonce renouvelée du kérygme, de manière attractive et cordiale » ! Cela permet alors d’introduire
un vrai et fructueux « chemin d’initiation » vers le sacrement du mariage.

 

 

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2020 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.