Goto main content

Pèlerinage annuel des zouaves pontificaux à la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours de Montréal

Nouvelles 2018-09-26
IMG_0535_Web.jpg

Le dimanche 16 septembre 2018 avait lieu le 147e pèlerinage des zouaves pontificaux à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours dans le Vieux-Port de Montréal. Les zouaves célèbrent cette année le 150e anniversaire du départ du premier contingent vers Rome. Entre 1868-1870, plus de 500 zouaves ont été recrutés par les diocèses du Québec et 388 ont traversé l’Atlantique pour défendre le pape Pie IX et les états pontificaux menacés par le roi Victor-Emmanuel II qui voulait faire de Rome la capitale du nouvel État italien. Le 20 septembre 1870, Rome capitule à la suite d’une brève résistance de l’armée papale.

Fondé en 1860, le futur régiment des zouaves pontificaux était désigné à l’origine comme les tirailleurs franco-belges.  Le fondateur des zouaves, le général Christophe de La Moricière, avait combattu en Afrique du nord pour la France. De fait, l’uniforme des tirailleurs est influencé par le costume des zouaves d’Afrique et l’uniforme de l’infanterie française. Comme ce costume rappelait celui des zouaves d’Afrique, on commença dans le public à appeler zouaves ceux qui étaient encore, officiellement les tirailleurs franco-belges. En 1861, l’appellation zouaves pontificaux a été choisie par la Cour romaine pour honorer la mémoire du général de La Moricière qui était à l’origine des zouaves de l’Armée française.

À la suite de la bataille de Mentana, l’évêque de Montréal, Ignace Bourget, donne l’impulsion à la campagne de recrutement pour déployer une force expéditionnaire de jeunes catholiques québécois pour défendre le pouvoir temporel du pape Pie IX (507 jeunes seront recrutées). Le général Herman Kanzler était le Pro-Ministre des Armes pour les États pontificaux. Les diocèses du Québec s’engagent à défrayer les frais d’entretien de ce contingent tout en demandant une contribution financière importante aux jeunes volontaires. Le gouvernement canadien conservateur de l’époque avait fermé les yeux même si une loi de 1865 interdisait aux Canadiens de s’enrôler dans une force hostile à un pays en paix avec Sa Majesté. Un premier contingent de 135 personnes quittent Montréal le 19 février 1868 après une cérémonie d’envoi qui avait lieu la veille à la Basilique Notre-Dame de Montréal. À cette occasion, Mgr Bourget reçoit le serment d’allégeance et remet le drapeau au lieutenant Taillefer qui est le chef du détachement. De ce groupe, quatre hommes proviennent de notre région : Joseph Stella dit l’Étoile et Capitaine Charles DeCazes de Sherbrooke, Charles Caron de Lennoxville et Félix Édouard Connolly de Danville. Il faut se rappeler que le diocèse de Sherbrooke  n’existait pas encore et sera fondé seulement en 1874.

Lors de la capitulation de Rome, considérés comme citoyens britanniques, les zouaves ont été rapatriés via l’Angleterre. Lors de leur retour en mer, leur navire a failli faire naufrage. Les zouaves avaient promis de faire un pèlerinage à Notre-Dame-de-Bon-Secours s’ils revenaient sains et saufs. Une réplique en argent du navire a été offerte par les zouaves en reconnaissance de la protection de la Vierge. Ce navire se trouve aujourd’hui suspendue au centre de la chapelle.

En 1871, 14 vétérans des zouaves pontificaux fonderont le village de Piopolis (qui signifie ville de Pie) situé tout près du Lac-Mégantic. Le groupe de zouaves qui participait au pèlerinage de cette année venait de Valleyfield sous le commandement du lieutenant Jocelyn Carignan. L’un des derniers zouaves de Montréal, le capitaine Roger Poitras, nous a également honoré de sa présence. Il y a eu jusqu’à deux milles zouaves pontificaux au Québec formant un régiment de 5 bataillons. Un documentaire de l’Office national du film réalisé par Marcel Carrière présente un rassemblement des zouaves pontificaux dans la ville de Coaticook en 1967. Aujourd’hui leur mémoire est perpétuée par les zouaves pontificaux de Valleyfield qui comptent des jeunes dans leur rang. Je souhaite vivement que ces jeunes maintiennent la tradition en conservant ce pèlerinage annuel dans les années à venir. C’est une page de notre histoire qui gagne à être connue.

Major-général Guy Chapdelaine, OMM, CD, QHC

Aumônier général des Forces armées canadiennes

 

 

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2020 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.