Goto main content

L'Archidiocèse de Sherbrooke déplore l'intimidation envers certains marguillers

Nouvelles 2021-09-30
Logo_Archidiocese_Web_7.png

Depuis bientôt 1 an, un petit groupe de personnes nommé le Comité S.O.S Sainte-Catherine, tente de faire pression sur l’Assemblée de fabrique de la paroisse Sainte-Catherine à Sainte-Catherine-de-Hatley.

La grogne causée par le départ du curé de l’époque a fait place, depuis, à une campagne de salissage contre les dirigeants de la paroisse, mais aussi contre l’archidiocèse et son archevêque, Mgr Luc Cyr. On accuse notamment la paroisse de présumées malversations financières et que l’Archidiocèse aurait mis en place un complot pour assurer la fermeture de l’église.

Aujourd’hui, avec cette déclaration, nous souhaitons dénoncer l’intimidation à laquelle les marguillers sont confrontés. La situation est inacceptable et nous refusons de la tolérer davantage.

Des lettres anonymes ont d’abord été distribuées devant certaines églises, avant la messe dominicale. Ensuite, d’autres ont été transmises par la poste à l’adresse personnelle des marguillers. Or, les dernières missives qui utilisent un ton virulent, agressif et directif, réclament la démission du marguiller qui la reçoit. Si celui-ci n’obtempère pas, il est menacé d’être sali dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Plus récemment, une page Facebook a été créée afin de « dénoncer » les présumées anomalies décelées par ce groupe. De plus, le groupe en question a sollicité à deux reprises les commanditaires du feuillet paroissial afin qu’ils puissent être au courant de la situation alléguée.

Visiblement, ce groupe s’est donné comme mission d’informer la population d’un complot. Or, le complot auquel ils font allusion depuis la dernière année n’existe pas.

Les marguillers qui assurent actuellement la gestion de la paroisse de façon bénévole ont été élus en bon et dû forme et leurs décisions doivent respecter la Loi sur les fabriques en vigueur. L’élection d’un marguiller est un processus démocratique effectué lors de l’Assemblée de paroissiens. À ce moment, ni Mgr l’archevêque, ni aucun employé de l’Archidiocèse de Sherbrooke ne peut interférer dans ce processus.

L’Archidiocèse de Sherbrooke confirme que l’église Sainte-Catherine est bien administrée, mais comme plusieurs lieux de culte au Québec, la situation est précaire. Les décisions prises par les marguillers en poste visent donc le bien-être du milieu et la sauvegarde du patrimoine bâti.

Par ailleurs, les marguillers se sont fermement engagés à conserver la pratique du culte dans la communauté même si le bâtiment devait un jour changer de vocation. Actuellement, pour eux, il s’agit ici d’une priorité.

Les paroisses de l’archidiocèse de Sherbrooke sont administrées avec rigueur et toutes les décisions en lien avec l’avenir d’une église sont prises avec discernement. D’ailleurs, nous invitons toutes les personnes qui seraient témoins d’une irrégularité de prévenir les instances ecclésiales.

L’Archidiocèse de Sherbrooke est prêt à analyser les plaintes qui pourraient lui être formulées et nous croyons que tous les paroissiens ont un droit de parole. Toutefois, aucun dossier ne sera pris en main sous l’intimidation et la menace. 

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2021 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.