Goto main content
DSCN9601_1.JPG
E060-Stanstead-Eglise-Sacre-Coeur-10_1.jpg
DSCN9572_1.JPG
DSCN9597_1.JPG

Église Sacré-Coeur

14, rue Maple
Stanstead, Qc, J0B 3E0

À deux pas de la frontière américaine, l’église Sacré-Cœur de Stanstead est le premier lieu de culte de confession catholique de son secteur. Au cœur d’une municipalité composée de loyalistes américains, d’Irlandais et de francophones, elle reflète le charme hétéroclite de la région.

L’édifice de style néogothique, construit entre 1915 et 1917, est aujourd’hui considéré comme exceptionnel par le Conseil du patrimoine religieux du Québec grâce à sa conservation et son unicité. En effet, il est l’un des rares exemples de décoration complète à être conservé dans son ensemble, sans modification majeure.

L’église a été bâtie sur les ruines de sa prédécesseur, inaugurée pour la première fois en 1875. Lors d’un incendie majeur survenu en octobre 1915, l’église originale ainsi que 47 maisons du secteur furent la proie des flammes. Quatre mois plus tard, Monseigneur Larocque, évêque de Sherbrooke, mandata l’architecte Louis-Napoléon Audet pour entreprendre la reconstruction de l’église sur les quelques fondations épargnées par le feu.

Le résultat mélange les influences françaises, anglaises et américaines. L’extérieur de l’édifice est agrémenté d’une grande rosace de bois entourée d’un bandeau de granit, un élément majeur de la composition de sa façade.

Le peintre Louis-Eustache Monty a grandement contribué à la décoration intérieure en 1927, assurant l’unité entre différents tableaux de l’artiste George Delfosse et le reste des éléments. On lui doit les travaux au pochoir à la peinture d’or qui garnissent la voûte et les murs, les décorations du plafond à caissons du chœur ainsi que plusieurs autres motifs naïfs.

En tout, cinq toiles importantes ont été intégrées au décor. Celles-ci ont été fixées au mur grâce à une technique nommée le marouflage. La plus grande d’entre elles, située au-dessus du maître-autel d’origine, représente l’apparition du Sacré-Cœur à sœur Marguerite-Marie Alacoque. De chaque côté se trouvent des panneaux de nuages faisant office de ciel pour les statues de saint Antoine de Padoue et de saint Patrick.

Les objets d’époques et les boiseries confèrent un cachet chaleureux à l’édifice. Les bancs et les luminaires d’origine, demeurés intacts, témoignent de l’attachement des paroissiens envers leur patrimoine. Le jubé, qui accueille un orgue Casavant, permet à une centaine de personnes de se rassembler sous la grande rosace vitrée.

Le mélange culturel à l’origine de la conception de l’église est soutenu par l’intégration dans son décor de nombreuses légendes traduites à la fois en français et en anglais. Pour cette communauté qui a jadis durement été éprouvée, l’arc triomphal, qui affiche le Sacré-Cœur de Jésus, agit telle une promesse de protection divine pour les paroissiens.

DSCN9581_1.JPG
DSCN9603_1.JPG
DSCN9587_1.JPG

130, rue de la Cathédrale
Sherbrooke (Québec)  J1H 4M1

Téléphone  : 819 563-9934
Télécopieur : 819 562-0125

© 2021 Diocèse de Sherbrooke, Tous droits réservés.